10/09/2014

[PS4] The Last Of Us Remastered

Salut à tous !

Aujourd'hui c'est FMR qui a testé pour vous #TLoURemasterd.

Merci à lui pour ce test, que je vous laisse lire.

Ayant plus de 200 jeux à finir, je n’ai pas joué à Last of Us sur PS3, ni même suivi l’actualité concernant ce jeu sur PS3 jusqu’à ce qu’il soit annoncé sur PS4.

A la lecture de la Presse, le jeu paraissait fantastique, aussi, j’ai lancé le jeu avec un a priori positif et une attente énorme concernant la qualité de ce jeu. D’emblée, le jeu surprend agréablement par sa qualité graphique, un rendu quasi-photoréaliste, mais, je dois avouer avoir été quelque peu déçu par mes 2 premières heures de jeu. Le niveau graphique varie en fonction des décors, des textures, des lieux, de l’éclairage et finalement, si on s’attarde sur des détails ou des zones précises, on se rend compte qu’il y a un déséquilibre en termes de qualité et de finesse. Les espaces sombres sont granuleux et pas de chance, on passe une bonne partie du début du jeu dans la pénombre. Dans le level design, on voit par exemple le positionnement de la végétation sous forme de « dalles » dans le début du jeu, les premiers bâtiments se ressemblent beaucoup en terme de level design et on a comme une impression de déjà-vu, mais en avançant, un les niveaux prennent un aspect beaucoup plus naturel.

Aussi, étant sur PS4, je m’attendais à un rendu visuel plus bluffant, avec des effets de poussière, de volutes, des effets de flare et autres au niveau de la lumière. Non, on a une image simple, pure, haute-définition sans aucune fioriture, tout à l’opposé d’un Killzone. Bon, le jeu étant assez linéaire, j’essaie de visiter tout l’espace mis à disposition et là surprise ! Ici, les branches d’un arbuste me passent au travers, mais plus loin, en délimitation de zone de jeu, un autre est un véritable mur infranchissable. Il y a aussi des espaces vides qui semblent accessibles mais dans lesquels on ne peut pas rentrer. Etrange, mais un classique des jeux du passé.

J’essaie de mettre ces aspects de côté et je me lance dans l’histoire. Il me faut quelques heures pour vraiment accrocher, la scène d’ouverture ayant soulevé des questions sans réponse, puis je me prends à l’histoire et la relation entre Joel et la fille commence à se tisser. Le scénario est agréable, on progresse assez doucement dans l’histoire et surtout dans la construction des liens entre nos protagonistes. Les phases de progression, d’exploration, d’action s’enchaînent naturellement et permettent d’avoir un jeu équilibré avec des phases variées en permettant de se reposer après des phases d’action parfois soutenues. Les périodes de repos favorisent alors les dialogues et la compréhension de l’histoire.

Les lieux traversées sont réalistes, variés et très cohérents. On sent bien que le périple qui nous attend sera long et risqué. L’histoire principale est vraiment longue et heureusement de plus en plus intéressante. Je me laisse alors porter par le rythme du jeu et j’essaie de ne pas voir les incohérences qui ponctuent encore le jeu tout du long, non plus graphiquement, mais plus en termes de level design et de gameplay. Pourquoi des ennemis qui portent des armes et tués par surprise ne lâchent ni arme ni munition alors que d’autres qui n’ont plus rien d’humain et ne portant aucun arme en lâchent ?

Pourquoi dans une phase du jeu, je peux monter sur le radeau et une heure plus tard dans une situation similaire, je ne peux plus monter sur un radeau équivalent ? On voit bien que ce jeu est un travail

d’équipe et que le collage de tous les morceaux peut parfois manquer de cohérence, notamment au niveau du gameplay.

Ce jeu est agréable et très prenant au niveau de l’histoire, il a une durée de vie énorme, sans parler du mode multijoueur, mais on sent bien le portage venant de la PS3 qui n’utilise nullement les capacités de la PS4 pour avoir un gameplay à la hauteur de la nouvelle génération de la console.

Je recommande ce jeu pour ceux qui ne l’ont pas fait sur PS3 car le scénario est excellent et il offre une bonne durée de vie. Pour savoir ce que vaut un jeu de Naughty Dogs sur PS4, attendez.

22:45 Publié dans Tests PS4 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : test, tlou, last, us, remastered, ps4, ps3

23/04/2014

[PS4] inFamous Second Son

 J'avoue ne pas faire partie de ceux qui ont eu un énorme engouement à l'annonce de ce nouvel opus tant j'ai été déçu par le 2ème.

Surement dû au fait qu'il fût trop répétitif, que ce soit une sorte de copié/collé du 1er, et la difficulté à trouver les fragments (même avec une carte sous les yeux...).

C'est donc avec avec un état d'esprit pas très positif que j’insère la galette pour la 1er fois.

Certes, je m'attendais à ce qu'il soit beau (Next Gen oblige), mais j'avais beaucoup d’apriori sur tout le reste : histoire, missions, pouvoirs, ect...

Première (bonne surprise), le changement de héros !

Delsin Rowe, un  jeune homme qui vit avec sa tribu, tagueur à ses heures et qui devient malgré lui un bioterroriste capable d'absorber les pouvoirs des autres surhumains, au grand dam de son frère ainé, qui est qui plus est shérif.

Augustine Brooke, chef d'une organisation appelé DUP, poursuit et enferme les bioterroristes . Elle torture toute la tribu, ce qui va pousser Delsin à vouloir se venger et sauver la tribu.

Le décors est planté. Il faudra choisir sa voie : le bien ou le mal !

Autant dire que la fin du jeu s'annonce plus ou moins émouvante en fonction de vos choix.

Graphiquement la Next Gen est bien là. Quelle claque !

Les cinématiques, les jeux de lumière, la modélisation des personnages...tout est là et c'est beau.

Côté pouvoir, Delsin récupère de nouveau pouvoirs au fil du jeu que l'on peut faire évoluer via une sorte de sphère de compétence à la Final Fantasy (en plus simple hein).

Une histoire prenante, un Gameplay agréable, des graphismes et des cinématiques éblouissantes, des pouvoirs jouissifs : inFamous Second Son tire sont épingle du jeu et me réconcilie définitivement avec la série !

07/02/2014

[PS4] Knack

 KNACK ? Quesaquo ?

Une sorte de Golem qui se nourri de reliques pour se régénérer et augmenter sa taille.

L'histoire est simple mais efficace : sauver le monde.

 

 Coté Gameplay, de la castagne à tout va.

Taper, sauter, taper, sauter...facile non ? Mais tout de même assez répétitif.

Il est possible de faire également quelques attaques spéciales grâce à des cristaux qu'il faut ramener au fil du jeu.

Il faudra aussi trouver des coffres qui contiennent des morceaux d'objets qui, une fois assemblés, pourront former des objets qui vous aideront dans votre periple ou afin de booster votre personnage.

 Coté graphisme, autant dire que si on a joué à KillZone SF cela risque de vous décevoir.

Rien d'extraordinaire. Ce n'est pas moche mais certains jeux PS3 sont bien plus impressionnant.

 

Pas de multi, mais un jeu de plateforme offrant une durée de vie raisonnable tout de même.

 

Au final, c'est un bon jeu mais qui mérite d’être fait, peut-être à l’occasion d'une future sortie sur le PS+